Share This Post

Infos Sport

Angleterre : en patron, Manchester City s’impose à United et fonce vers le titre de champion

Angleterre : en patron, Manchester City s’impose à United et fonce vers le titre de champion

S’il s’est fait une petite frayeur en concédant l’égalisation en toute fin de première mi-temps, Manchester City a démontré qu’il était le seul et unique patron de la Premier League sur la pelouse de Man United (2-1). La bande de Guardiola compte 11 points d’avance en tête.

Lukaku maudit

La possesion pour Manchester City, un bloc de Manchester United parfaitement regroupé : la première demi-heure de ce derby était loin d’être une surprise. Avec, du coup, très peu l’occasion de se lever de sa chaise. Il y avait bien cette frappe de Sterling sur De Gea (16e) ou ce raté de Gabriel Jesus qui, après avoir dribblé Rojo à la mode de Messi sur Boateng, décochait une frappe bien trop molle (17e). Finalement, ce sont plusieurs approximations individuelles qui allaient tout déclencher dans ce derby. Après un long ballon de Delph, Young appréciait mal le cuir et le laissait pour Sané dans son dos. L’Allemand frappait mais butait sur une magnifique parade de De Gea. Dans la foulée, un corner de De Bruyne, et une déviation malencontreuse de Lukaku, permettaient à David Silva de conclure (0-1, 43e). Un avantage mérité, mais qui durait moins de 200 secondes, avec l’égalisation de Rashford, après des loupés d’Otamendi, puis de Delph sur un centre venu de la gauche (1-1, 45e+2). Malheureux sur l’ouverture du score, Romelu Lukaku remettait ça en début de seconde période. Un coup franc de Kevin De Bruyne, un dégagement de Lukaku sur… Lindelöf, et une conclusion d’Otamendi, tout heureux (1-2, 54e). S’il fallait le confirmer, c’est clair : Lukaku n’est pas défenseur.

Pogba a manqué à United

Suspendu pour son vilain geste à Arsenal dimanche dernier, Paul Pogba a manqué à son équipe. En son absence, on a bien senti que le milieu de terrain des Red Devils n’était pas le même. Ce dernier a d’ailleurs eu toutes les peines du monde à se positionner par rapport à David Silva ou Kevin De Bruyne, qui leur ont fait très mal. Les deux maestros des Citizens, beaucoup trop seuls par séquence, se sont régalés. Le petit miracle de l’égalisation de Rashford a été très logiquement effacé par City. Oui, Manchester United a l’une des meilleures assises défensives d’Europe, mais ce n’est pas que comme ça que l’on gagne des matches. Romelu Lukaku, décisif dans sa surface, n’a été servi que trop peu de fois dans de bonnes conditions. Il y a eu cette frappe au-dessus (66e), puis ce retour magistral de Mangala devant le Belge (79e). Mais surtout ce double arrêt stratosphérique d’Ederson, de près, face à Lukaku, puis Mata (85e). Le tout, alors même que la défense des Citizens n’était pas toujours sereine. Dans l’affaire, côté United, le plus à l’aise aura été Jessie Lingard, sorti à 15 minutes du terme pour l’entrée d’Ibrahimovic.Quant à Martial, il aura été le plus intéressant sur son côté gauche, notamment en fin de première période. Mais les occasions de toucher le cuir auront été bien rares…

Quoi de plus logique ?

Ce Manchester City là sera champion d’Angleterre. Pas la peine de prendre trop de risques en disant cela. Il y a la situation comptable, bien sûr, avec désormais 11 points (!) d’avance pour City sur United, toujours deuxième. Avec un bilan remarquable de 15 victoires pour un petit nul et toujours pas de défaite. Mais au-delà du classement, il y a surtout le jeu. Et on a pu le voir à Old Trafford. Ce City-là est tout simplement une merveille à voir sur un terrain. L’organisation millimétrée de Pep Guardiola, Kevin De Bruyne en futur meilleur joueur de la saison, des individualités offensives si séduisantes (Sané, Sterling) et des soldats défensifs comme Fernandinho si indispensables à l’équilibre de cette équipe. Entre le City de Guardiola et le United de Mourinho, c’est clair, on a vite choisi…
0

Share This Post

Leave a Reply